Aller au contenu

ASF Belgique - Aviation Sans Frontières Belgium

Faites un don

Notre gestion humanitaire

Le concept de Gestion Humanitaire de projet Aérien (GPHA)

La justification du GPAH est qu’il n’existe ni mode de gestion ni référentiel humanitaire qui permette d’apprécier l’efficacité, la qualité et les performances humanitaires des projets aériens​.

La structure du concept GPAH

Le concept de Gestion de Projet Aérien Humanitaire (GPAH) intègre trois composantes :

La redevabilité dans le secteur humanitaire

Les organisations humanitaires ont une responsabilité éthique leur imposant de respecter la dignité des victimes et de tout mettre en œuvre pour garantir l'excellence de leurs programmes d'aide. L’efficacité, la qualité et les performances des projets humanitaires et donc de l’investissement des bailleurs doivent pouvoir être mesurés. Depuis 20 ans plusieurs initiatives Quality & Accountability s’attachent à définir des standards minimum, des principes opérationnels et des bonnes pratiques dans le secteur humanitaire.

Le cadre ou standard de référence pour la redevabilité

Toute mesure demande des standards humanitaires de référence (le « référentiel »), dont des objectifs et des indicateurs objectivement vérifiables. Ces standards existent pour les secteurs clés de l'intervention humanitaire destinés à sauver des vies : L’approvisionnement en eau - l’assainissement et promotion de l'hygiène - la sécurité alimentaire et nutrition - les abris - les établissements humains et articles non alimentaires - l’action sanitaire. D’autres standards sont mis en œuvre pour la protection de l’enfance, l’élevage, les petites entreprises et l’éducation.

L’outil de gestion de l’intervention humanitaire : le projet

Une intervention humanitaire constitue une réponse appropriée à des besoins clairement identifiés par des professionnels du secteur en collaboration avec les parties prenantes

Un projet est un ensemble finalisé d’actions entreprises dans le but de répondre à un besoin bien identifié et visant à atteindre des objectifs clairement définis dans des délais fixés et avec un budget donné. Ces objectifs s’inscrivent dans un référentiel humanitaire tel que défini par l’institution concernée.

Créer un référentiel humanitaire pour la gestion des projets aériens

Créer un référentiel demande qu’on détermine :

Les valeurs de référence du concept GPAH

L’environnement dans lequel s’inscrit le concept de GPAH : l’espace humanitaire

L’espace humanitaire peut être défini comme « l'environnement opérationnel dont ont besoin les acteurs humanitaires sur le terrain pour avoir pleinement accès aux victimes, pour être capables de distribuer l'aide et pour offrir une protection sans mettre en danger la sûreté et la sécurité des travailleurs humanitaires » (ECHO, 2001).

Cette approche fondamentale de l’espace humanitaire est centrée sur « la capacité des humanitaires à accéder aux populations » ou sur « l’environnement opératoire humanitaire », ce qu’ASF traduit par « la flexibilité opérationnelle des acteurs de terrain » et considère comme une dimension de l’espace humanitaire, au même titre que l’accès et la sécurité.

La réalité de cet espace humanitaire réclame l’utilisation du transport aérien humanitaire.

Les besoins des bénéficiaires directs et indirects du projet aérien

Les bénéficiaires des projets aériens sont :

Les besoins des organisations humanitaires dépendent de leurs mandats spécifiques et de leurs modes opératoires. On distingue, d’une façon générale,

Le modèle de gestion du transport aérien humanitaire

En fonction des résultats attendus, l’analyse GPAH fait coexister deux modèles complémentaires de gestion du transport aérien humanitaire, tous deux professionnels et exigeant le Certificat de Transporteur Aérien (CTA) :